Reportage sur le Fort de Comboire de Télé Grenoble 03 septembre 2020

La Fondation du patrimoine est toujours présente auprès des Amis du Fort de Comboire. La recherche de nouveaux financements a permis la restauration des fenêtres du pavillon des officiers en 2019.

La Fondation est un acteur incontournable qui nous a permis d’être sélectionné par la Mission Stéphane Bern en 2020.

Vous pouvez trouver ci- joint l’extrait de la  vidéo du reportage réalisé par  Télé Grenoble.

L’émission « Si on parlait » par Thibault Leduc est diffusée le soir sur Tv Grenoble vers 18h 15. Cliquez sur l’image ou sur ce lien : Extrait du Reportage de « Si on parlait » du 3 septembre 2020

Si on parlait

Bonne nouvelle pour le fort…

La bonne nouvelle vient de tomber                ce lundi 31 août. 

Premier jour de la mise en vente des tickets pour le troisième loto du patrimoine par la Française des Jeux.  Le fort de Comboire, soutenu par la Fondation du Patrimoine, est retenu par la « Mission Patrimoine » que conduit l’animateur     Stéphane Bern.  

Le fort de Comboire, figure parmi les 108 projets complémentaires de restauration de monuments français jugés « en péril » et le seul en Isère. Cela se traduit par l’obtention du financement pour la fabrication et la remise en place de l’ensemble des menuiseries de son casernement.

Merci à tous les acteurs de cette belle réussite :

La Fondation du Patrimoine qui a porté notre dossier au plus haut niveau

Le Département qui nous suit et nous a attribué le label « Patrimoine en Isère »

La commune pour son aide.

Notre association, ses adhérents, ses travailleurs bénévoles et son bureau qui n’ont jamais douté.

Article sur le Dauphiné Libéré : le dauphiné du 31/08/2020

 

 

Des Scouts au fort de Comboire

Durant 2 semaines, nous avons accueilli des Scouts de la région parisienne et de Chambéry. Ils ont été volontaires pour nous aider dans nos travaux. Ils ont aussi consacré quelques jours à la découverte du Vercors.

Nous avons commencé par l’accès au fossé qui avait besoin d’un rafraîchissement.

Le but étant de dégager les abords de la caponnière double.

Dans les années 1990, le fossé a été comblé. Notre projet est de redonner un peu de visibilité à cet ouvrage en enlevant l’ultime tas de décombres déposé devant les ouvertures.

L’endroit n’est pas aisément accessible aux engins, que nos moyens financiers nous forcent à éviter, c’est à la pioche, à la pelle, à la brouette que le travail a débuté.

Et avec le sourire…

Nous en avons profité pour retirer tout ce qui n’avait pas sa place dans cette terre : du plastique sous toute ses formes, bidons, bâches, chaussures, tuyaux, fil électrique, mais aussi plaques de goudron, ciment, ferraille, etc.

 

Perfectionniste, nous avons recherché le haut du mur qui délimite le fossé du rempart et la fosse de protection de la caponnière.

Au-delà du mur que nous avons découvert, il ne reste plus qu’à vider la fosse sur plus de 2 mètres de profondeur si nous voulons lui redonner son aspect défensif.

Quant au gros bloc calcaire ? Nous espérons qu’il n’a pas trop de petit frère dans la fosse…

Avant leur départ, les Scouts nous ont invité à partager le dernier repas.

Merci pour ces bons moments et pour le travail accompli.